Babingo, au nom des acculturés : Le plaidoyer de Moussibahou Mazou pour les langues africaines

Babingo, au nom des acculturés : Le plaidoyer de Moussibahou Mazou pour les langues africaines

Il est lancé depuis le samedi 23 juin 2018  le roman  « Babingo au nom des acculturés » du Bénino- congolais   Moussibahou Mazou,  un  Spécialiste de la poste et de l’économie du développement. La cérémonie a eu pour cadre l’amphithéâtre ISBA au Champ de foire de Cotonou. 

Message de l'équipe d'organisation des Noces de Diamant de Un Piège Sans Fin

Pour marquer la célébration des Noces de Diamant du roman Un Piège Sans Fin, nous avons initié une campagne de crowdfunding. Cette campagne a pour but de rendre le roman disponible dans les bibliothèques de plusieurs établissements scolaires privés et publics au Bénin. 200 établissements auront chacun 10 exemplaires du roman.

Informé de cette initiative voici en bref ce qu'en dit le Doyen Olympe Bhêly QUENUM "C'est sublime ! Si ça marche j'aurai un enterrement royal.."

Vous pouvez soutenir cette initiative en parcourant ce lien : https://www.leetchi.com/fr/c/lyV9Bq0w


Babingo au nom des acculturés   est  l’histoire d’une fratrie  où le maître de la concession,  Makouta  ne veut  communiquer qu’en français. Il proscrit  à  Madeleine Mamatouka, sa conjointe,  à son unique garçon Alex Babingo   et aux autres membres  de la famille  de s’exprimer en  langue locale  dans sa cour.  Toute personne qui enfreindrait  cette mesure du Chef de la maison, et qui oserait sortir un mot en kituba, même avec les domestiques est  passible de sévères sanctions. L’interdit du père de  la famille était rigide  et personne n’a  eu le toupet de  le piétiner jusqu’au jour où Alex Babingo prit la décision de défier son géniteur.

 C’est un roman à couper le souffle. Ecrit dans un style facile et publié chez Flamboyant, il aiguise  le désir de connaître, de tout savoir  sur le sort de ses personnages.

La suite après la pub

En  le rédigeant, Moussibahou Mazou met au centre de ses idées, la promotion des langues africaines.  L’auteur revendique l’introduction desdites  langues dans les programmes scolaires.

Yoruba et originaire de Porto-Novo au Bénin, l’auteur est arrivé adolescent au Congo Brazzaville où il a fait toute sa carrière professionnelle qui l’a conduit à l’Union Postale Universelle comme haut fonctionnaire.

Pour  son troisième livre, la cérémonie de lancement  a enregistré la participation de   plus d’une centaine de personnes plutôt concernées, vu la bonne vingtaine d’interventions et contributions enregistrées pendant les échanges entre l’assistance et le podium.

 Elle a réuni quelques sommités autour de l’auteur pour éclairer la réflexion suscitée par  l’ouvrage : les Professeurs John Igué  et Mamoud Igué  qui ont été respectivement, modérateur et présentateur de l’ouvrage et l’invité d’honneur,  le  Prof.  Joseph Olabiyi Yaï, Linguiste et ancien Ambassadeur  du Bénin  à l’Unesco. Celui- ci,  au cours de son intervention, a appelé  à « un sursaut collectif pour ne pas nous rendre complices du « génocide culturel » qui nous menace si nous demeurons passifs ».

Laisser un commentaire