Bénin: Un douanier s’invite dans la famille des romanciers

Bénin: Un douanier s’invite dans la famille  des romanciers

A Cotonou, un douanier à la retraite a publié son 1er roman. Son nom est Pierre  Claver Tossou.  L’ouvrage est  intitulé, BIYONDO,  l’enfant  sorcier et est présenté au public le jeudi 08 novembre dernier.


Il n’est plus un secret  que certaines  pratiques de la tradition africaine  constituent  aujourd’hui  à  la lumière  du l’évolution  mondiale  des actes crapuleux  et insensés.

Dans certaines  contrées  d’Afrique , tout  enfant né  dans des conditions  particulières telles qu’une césarienne, dont la mère  est morte en couches, né  avec des dents,  par le siège, ou ayant une malformation  congénitale, ou encore ayant une croissance  précoce  est taxé d’enfant sorcier et condamné  à  une mort certaine.

Emu par une reconstitution  d’une étude  faite  par une congrégation  catholique dans le nord du Bénin sur le traitement inhumain réservé  à ces enfants dits sorciers, Pierre Claver Tossou décide  d’écrire une histoire : BIYONDO,  l’enfant  sorcier

Dans la soirée du jeudi 08 novembre à Canal olympia wologuèdè de Cotonou, ce roman paru aux éditions  Weziza a été lancé. L’histoire est  celle de Cossi, né  dans un village  du département  des montagnes, fils aîné de Bio et de Baké qui malheureusement  nait avec une dent. La tradition le condamne à mort puisqu’il  serait un biyondo, mangeur d’homme venu détruire sa famille.

Mais il sera sauvé  in extremis  d’une mort crapuleuse  par la mère  supérieure  d’une congrégation  et adopté  par Aballo et sa femme. Cossi grandira à Cotonou et revient 30 ans plus tard dans son département  d’origine  comme préfet, avec l’engagement  de lutter contre l’infanticide rituel. L’ouvrage est adapté au cinéma, dans une réalisation du Béninois Serge Ologoudou  et une participation technique  de  Gangan Production.

Pierre calver Tossou est un passionné  de la culture,  Inspecteur  des douanes à la retraite et précédemment,  Directeur des douanes et droits indirects du Bénin. Il  est le 2ème auteur béninois à aborder cette année le sujet de l’infanticide rituel.  Avant lui, il y a l’Ecrivaine Sophie Adonon  avec sa nouvelle titrée Illusion dermique, parue en août dernier et qui  a exposé la persécution  et les crimes rituels dont sont victimes les enfants albinos dans le nord du Bénin.

Persis Kafui GUIVI

Advertisements

Laisser un commentaire

Fermer le menu