[Noces de diamant du roman Un piège sans fin] : « Les palétuviers » d’Euphrasie Calmont pour chanter Olympe Bhêly Quenum

[Noces de diamant du roman Un piège sans fin]  : « Les palétuviers » d’Euphrasie Calmont pour chanter Olympe Bhêly Quenum
Euphrasie Calmont - Photo prise à Cotonou à la Foire panafricaine du livre - BENINLIVRES 2019

Euphrasie Calmont est une Ecrivaine martiniquaise d’origine béninoise. Auteure de plusieurs ouvrages, elle rend hommage à son  » doyen » Olympe Bhêly Quenum qui célèbre les noces de diamant de son roman Un piège sans fin, paru pour la 1re fois le 15 avril 1960, aux éditions du Stock. C’est à travers un beau poème intitulé « Les palétuviers ».

Message de l'équipe d'organisation des Noces de Diamant de Un Piège Sans Fin

Pour marquer la célébration des Noces de Diamant du roman Un Piège Sans Fin, nous avons initié une campagne de crowdfunding. Cette campagne a pour but de rendre le roman disponible dans les bibliothèques de plusieurs établissements scolaires privés et publics au Bénin. 200 établissements auront chacun 10 exemplaires du roman.

Informé de cette initiative voici en bref ce qu'en dit le Doyen Olympe Bhêly QUENUM "C'est sublime ! Si ça marche j'aurai un enterrement royal.."

Vous pouvez soutenir cette initiative en parcourant ce lien : https://www.leetchi.com/fr/c/lyV9Bq0w

Lisez

La suite après la pub

Les palétuviers

Il est des gens comme ça.

On les croise un jour,

Ou à un moment de son parcours,

Sans les connaître autrement que sur papier.

Puis, c’est comme si on les croisait dans une rue.

Et tilt ! on se retourne.

Et paf ! ils se retournent aussi.

*

Les regards se croisent.

Des étincelles s’emparent de vos prunelles.

Une allégresse entre en vous.

Votre corps, votre âme et votre esprit

Sont ainsi plongés dans un liquide amniotique.

Et ces gens-là vous nourrissent toute votre vie.

Une sorte de cordon ombilical discret

Vous lie à eux sans qu’ils le sachent,

Sans que vous arriviez à déchiffrer vous-mêmes

Le « pourquoi », le « comment ».

Olympe Bhêly-Quenum fait partie de ces gens-là.

*

Vous voulez savoir pourquoi, ou comment,

N’est-ce pas ?

C’est simple.

J’ai été abreuvée de dictées extraites

Des livres d’Olympe Bhêly-Quenum.

Longtemps, pendant longtemps,

Je n’ai jamais pu voir un palétuvier,

Sans que mon cœur vibre.

Et jusqu’à présent, de temps en temps encore,

Cette joie me surprend dans la mangrove

Au bord du lac Ahémé, du lac Nokoué, du fleuveOuémé,

Ou dans les recoins de la mer des Caraïbes.

*

Cela est dû à Olympe Bhêly-Quenum.

Mon cœur si douillet a trop vibré à la lecture d’Un piège sans fin.

Lisez, lisez Un piège sans fin, Le chant du lac, Liaison d’un été 

Vous comprendrez comment des palétuviers

Peuvent laisser des marques indélébiles.

Ah ! le long des palétuviers !

Oh ! « …palétuviers…plaisanteries…charades… »[1] !

Et si pour vous, ce ne sont pas des palétuviers,

Ce sera certainement une scène…

*

Vous verrez combien les mots sont choisis,

Tissés de fil d’or pour un défilé,

Et la lecture devient une fête.

*

A Olympe Bhêly-Quenum

Je dis ma fierté, ma gratitude.

Owo !

Owo !

Alouwassio !

Owo !

Owo !

Je chante Olympe Bhêly-Quenum.

Par Euphrasie CALMONT, ©BENINLIVRES, avril 2020


[1]Olympe Bhêly-Quenum, Le Chant du lac, éditions Présence africaine, 1965, page 12.

Laisser un commentaire