Théâtre / Pourrissement de Ousmane Alédji : Magnifique autopsie du vrai pouvoir politique

Théâtre / Pourrissement de Ousmane Alédji : Magnifique  autopsie du vrai pouvoir politique

Message de l'équipe d'organisation des Noces de Diamant de Un Piège Sans Fin

Pour marquer la célébration des Noces de Diamant du roman Un Piège Sans Fin, nous avons initié une campagne de crowdfunding. Cette campagne a pour but de rendre le roman disponible dans les bibliothèques de plusieurs établissements scolaires privés et publics au Bénin. 200 établissements auront chacun 10 exemplaires du roman.

Informé de cette initiative voici en bref ce qu'en dit le Doyen Olympe Bhêly QUENUM "C'est sublime ! Si ça marche j'aurai un enterrement royal.."

Vous pouvez soutenir cette initiative en parcourant ce lien : https://www.leetchi.com/fr/c/lyV9Bq0w

Ousmane Alédji. Cet homme, admirablement élégant, si j’étais une femme, je ferais l’impossible pour être à  la fois l’élue de son cœur mais aussi de sa vie.  Grand de taille,  sur son visage, il ne donne pas l’impression d’être Artiste / Ecrivain mais homme d’affaire.  Le calme dans sa démarche, la fraîcheur dans son timbre vocal et la douceur qu’il projette sur ses interlocuteurs sont des indices qui me font soutenir qu’il est naturellement le pôle de la paix. La violence, ce n’est pas le mot qui existerait dans son dictionnaire.

Mais chaque fois que je lis Ousmane Alédji, je me dis qu’il n’a de plume que pour donner un  sens au terme « Violence / virulence / Engagement …».  C’est un Ecrivain qui agresse ;  à l’écrit, comme la verge de Tolégba, il est trop dur. Dans la fiction comme dans l’essai, il écrit, tout cru, tout.   Au Bénin,  il faut être Ousmane Alédji pour  donner à  ses ouvrages  des titres comme Les enfants n’oublient rien,  Un peuple calme est inquiétant, Pourrissement.  Le dernier est paru aux éditions Arttistik à Cotonou. Nous en parlons dans notre chronique de ce dimanche 31 mai 2020.

La suite après la pub

En se référant au dictionnaire, « Pourrissement », désigne « l‘état d’une chose qui pourrit ; c’est le fait de pourrir ou de faire pourrir ». Le dramaturge béninois, en proposant ce titre à son livre, plonge le lecteur dès  les premières pages  dans  le catalogue  de la cruauté.

Journalistes tabassés, « agressés à coups de crosses et de matraques ». Telle est la scène qui ouvre cette pièce, laquelle retient le lecteur  le long de ses 84 pages. Il y  est fait le portrait  de Djanta, un Chef d’Etat cruel, qui définit, par ses propos, faits et gestes,  le vrai pouvoir.

« Le pouvoir, le vrai est un lieu de pourrissement », explique celui –ci à son Ministre de la santé  à la page 35.  Et pour  plus de détails, Djanta poursuit : « baiser la femme de son ministre n’est rien du tout, cela participe du spectacle pour distraire le peuple ».

En effet, dans cette œuvre, par six personnages, Ousmane Alédji   fait la nomenclature du « pouvoir politique » ; il dessine un environnement infect où les thématiques du pouvoir, de l’alcool,  de la violence, du crime et du sexe orientent les « destinées individuelles ».   L’auteur  met ainsi au centre  de sa création l’horreur alimentant quotidiennement le monde politique, un monde où la morale n’a pas de place.

Loin de vouloir ‘’idéaliser ‘’ la politique et le pouvoir, Ousmane Alédji  essaie plutôt de les faire comprendre. Mieux, c’est un avertissement adressé à ses lecteurs, mais surtout à ses enfants à qui il a dédié  la pièce de théâtre. En lisant cet ouvrage, on découvre qu’en politique, « la morale est pour les moines »,  on constate qu’avec le pouvoir les valeurs fondamentales s’effondrent  car, comme  c’est écrit à la page 39 du livre « tous les pouvoirs finissent par s’habituer à la barbarie ».

Par Esckil AGBO, ©BENINLIVRES,  mai 2020

Laisser un commentaire