A Natitingou, les élèves avaient préparé une batterie de questions pour Habib Dakpogan


L’ACTUALITE. Activité principale de la deuxième édition des 72 heures du livre à Natitingou, la tournée de l’écrivain Habib Dakpogan dans les lycées et collèges de la ville est allée à termes dans l’après- midi du vendredi 18 décembre au lycée militaire des jeunes filles Général Mathieu Kérékou.


Que ce soit au Cours secondaire Saint Antoine ou au Ceg 3 de Natitingou, les deux établissements visités par l’auteur pour le compte de la 1re journée, l’accueil et l’ambiance autour d’Habib Dakpogan ont été magnifiques. La même chaleur lui a été également réservée au collège privé Saint Augustin, à Chaminade et au lycée militaire des jeunes filles pour la seconde journée. Venus nombreux écouter l’Ecrivain, enseignants et élèves, à chacune des étapes, tôt, transforment la rencontre en une ‘’grosse’’ fête autour du livre. Découverte d’auteur, échange conviviale, les deux journées étaient pleines d’émotions.


Les élèves avaient préparé toute une batterie de questions pour l’écrivain – visiteur. Sur Olympe Bhêly – Quenum à qui le festival Les 72 heures du livre à Natitingou rend hommage pour les noces de diamant du roman Un piège sans fin, sur Habib Dakpogan lui – même, sur le métier d’écrivain, la création du livre, la valeur actuelle de la littérature, les bons et mauvais côtés du travail d’écrivain….
Habib Dakpogan, dans une conduite pédagogique et, avec un peu d’humour, a apporté d’éléments de réponses   aux diverses préoccupations des participants. Aucune question n’est laissée. Une façon pour l’auteur du roman PV Salle 6, de ‘’repasionner ‘’ le goût de la lecture au sein des élèves. « La vraie culture ne se donne qu’à travers les livres », a – t –il défendu à chacune des étapes de sa tournée.

La suite après la pub

La touche de la Libraire Prudentienne Gbaguidi Houngnibo

Au cours de cette tournée, Habib Dakpogan n’était pas seul. A ses côtés, il y avait Mme Prudentienne Gbaguidi Houngnibo, Directrice de la librairie Notre Dame de Cotonou, Présidente de l’association des Libraires professionnels du Bénin – ALPB. Celle- ci, en appui à la présentation de l’écrivain, fait découvrir aux apprenants le métier de libraire, ce maillon de la chaîne du livre, visiblement très peu connu par ces derniers.
« Etre libraire, c’est un métier comme être écrivain, être enseignant, être policier. Le libraire n’est pas un vendeur de livre. Dans la chaîne littéraire, il est dans la diffusion et la distribution. Il suit une formation et, a comme l’éditeur et l’auteur une culture du livre assez dense », apprend – elle aux apprenants avant de leur montrer les avantages de cette profession.


Esckil AGBO, © BENINLIVRES – décembre 2020