Autopsie de « Un trop lourd tribut » de Sophie Adonon

Autopsie de « Un trop lourd tribut » de Sophie Adonon

 « J’ai parcouru le monde entier. Néanmoins, tu es demeurée ma seule amie, cette amie que je haïssais…_ Tu me haïssais, dis – tu ? Pourquoi ? »   Oui, l’horreur qu’elle éprouvait pour son amie  était violente et, pour savoir les raisons de cette ‘’aversion’’, il faudra  parcourir Un trop lourd tribut de Sophie  Adonon, paru en avril 2015 aux Editions Tamarin à Cotonou.  En voici une autopsie…

Message de l'équipe d'organisation des Noces de Diamant de Un Piège Sans Fin

Pour marquer la célébration des Noces de Diamant du roman Un Piège Sans Fin, nous avons initié une campagne de crowdfunding. Cette campagne a pour but de rendre le roman disponible dans les bibliothèques de plusieurs établissements scolaires privés et publics au Bénin. 200 établissements auront chacun 10 exemplaires du roman.

Informé de cette initiative voici en bref ce qu'en dit le Doyen Olympe Bhêly QUENUM "C'est sublime ! Si ça marche j'aurai un enterrement royal.."

Vous pouvez soutenir cette initiative en parcourant ce lien : https://www.leetchi.com/fr/c/lyV9Bq0w


Fidèle à la convention  romanesque du XIXème siècle, Sophie Adonon raconte dans ce livre, de manière linéaire un récit étendu sur 171 pages avec, à bord 16 chapitres.  Dans un français facile à comprendre, l’auteure met en jeu l’histoire de deux amies d’enfance, Léontine et Célia, parallèlement opposées par les conditions sociales. La première est née dans une famille où règne en reine la disette ; la deuxième, quant- à elle a un sort plus épanoui.  Alors qu’elles étaient toujours en kaki, les deux copines dans un « jeu stupide »   (pp.44- 45) permutent leurs vies pendant une journée. La prospère  découvre la  misérable vie de la pauvre  qui,  de son côté  jouit  de l’Eldorado  que le destin a donné à son amie. Prise par une crise de haine, à partir de ce jour, elle  altère leur amitié.

« Je t’ai parfaitement haïe, jalousée alors que tu n’aspirais qu’à me rendre la vie agréable. Te souviens-tu de ce jeu stupide qui avait  consisté à échanger nos deux vies pendant une journée ? Cette malencontreuse expérience a dénaturé à jamais  nos relations. Dès ce jour, plus rien n’avait été pareil entre nous. Toute ta bonté, ta sincérité, ta générosité à mon égard ne faisaient qu’accroître ma haine envers toi ? », confesse -t- elle  à son amie. Pp. 119- 120.

La suite après la pub

Et l’après confession ?  Que s’est- il passé ?

Une œuvre didactique

Dans ce roman, Sophie Adonon à la manière d’un professeur,   tient un discours qui veut instruire ; un discours qui veut apporter aux lecteurs  une connaissance  de façon méthodique.  Se conformant au lexique de la pédagogie, l’auteure a exposé  divers jeux traditionnels du Bénin ancien. « ’’Alougbahoué’’ P. 36 ; Ahanlin- Halin P. 37 ; Akotoé p. 37.  Au cours de la lecture, on   se rend compte du grand écart entre le pauvre et le riche.  L’écrivaine, avec soin et attention a décrit  via ces personnages principaux [Léontine et Célia]   la misère et  la béatitude,  apprenant ainsi à ses lecteurs  les deux classes sociales. Aussi, remarque-t-on dans le roman l’emploi de deux  néologismes : Canichiser, un mot signifiant « importuner à la manière d’un caniche pour remplacer l’expression familière ‘’faire chier’’ et la sexocratie, un antonyme de la méritocratie.

 Et  tragique

La trame de ce roman inspire la pitié.  Une sorte de fatalité, la recherche effrénée d’une condition plus aisée [quel que soit le prix à payer]  a inévitablement conduit Léontine, entre-temps ‘’rebaptisée’’ Gypsie à l’échec, au malheur où mort s’en est survie. Le champ lexical de la fatalité, de la faute, de l’amour, de la souffrance et de la mort est abondement établi  dans l’ouvrage.  Mais on y lit  également celui de la violence, du viol, de la prostitution, du tabagisme.  Plusieurs  actions tendues relatives à  des événements violents se succèdent sans donner l’opportunité au lecteur de récupérer sa capacité de souffle.  Le livre est aussi caractérisé par des coups de théâtre, la multiplication d’actions et le recours au suspense. Il répond ainsi à la tonalité dramatique.

Mais aussi pathétique

Un trop lourd tribut a mis en scène des  situations  douloureuses, tristes employant les thèmes de l’amitié, de  la séparation,  de  la misère, de la solitude, de la mort. On y découvre  l’usage d’images accompagnée d’hyperbole,  rendant vivantes les descriptions de l’auteure, lesquelles inspirent parfois la pitié.

Fidèle à son style

Dans ce roman  Sophie attribue aux  personnages  des noms qui véhiculent  ou traduisent leur situation morale ou affective dans le livre. C’est le cas  du  patronyme  de chacun des personnages principaux.  Ya, ce qui signifie pauvreté en  fon, une langue parlée au Sud du Bénin, où se déroule d’ailleurs l’histoire de l’œuvre, pour Léontine  et Dokoun (richesse) à Célia. Ce procédé, remarque-t-on, devient une  coutume pour l’écrivaine. Véritable pratiquante de l’anthroponymie et de l’éponymie, Sophie Adonon, dans la majorité de ses œuvres, crée des  personnages  dont les noms sont d’une part indigènes et  portent d’autre part leurs rôles dans l’ouvrage.    C’est le cas dans Cœur insomniaque, Editions Amalthée en 2011 et Le hiatus (Edilivres, 2014).

L’autre aspect à faire savoir est le thème de l’amitié qui transparaît dans presque tous les livres de l’auteure. Avant Un trop lourd tribut, Sophie a, par exemple,  dans Le hiatus,  développé l’amitié  via trois personnages (une Béninoise, une Ivoirienne et une Burkinabè), toutes victimes de la sorcellerie. La complicité et l’entente entre ses trois amies d’une part et celles entre Léontine et Célia dans le nouveau roman,  affichent l’importance que cette auteure a pour ce thème ; la sociologie africaine y attachant du prix.

Esckil AGBO

Laisser un commentaire