Bénin/Culture : L’Agence Dekart initie une biennale pour célébrer le livre africain

Bénin/Culture : L’Agence Dekart initie une biennale pour célébrer le livre africain

Les Rencontres Internationales du Livre du Bénin ou Beninlivres. C’est une biennale initiée par l’agence de communication culturelle, Dekart pour célébrer la littérature africaine.


Le dimanche 15 avril 2018, Esckil Agbo, Déléguè général de l’évènement a présenté le projet à l’Ambassadrice de Conakry, capitale mondiale du livre 2017, Vanesse Valérie Kongolo, en séjour au Bénin pour une immersion dans le secteur littéraire depuis quelques jours. En effet, les Rencontres internationales du livre du Bénin est un évènement qui offrira aux acteurs de la chaîne du livre une plateforme d’échanges et de prises de décisions majeures pour le livre africain. Il célébrera aussi les écrivains, éditeurs, critiques et chroniqueurs littéraires par des distinctions.

Il s’agit entre autre du “Grand Prix littéraire, Dada Gbêhanzin” qui sera décerné au Meilleur écrivain africain, du “Prix du Meilleur éditeur africain” et du “ Prix du meilleur- journaliste – chroniqueur littéraire”. Selon l’Ambassadrice de Conakry, capitale mondiale du livre 2017, Vanesse Valérie Kongolo << l’initiative est intéressante et innovante en considération de certains points à savoir le caractère biennal de l’événement, l’installation du musée de l’écrivain africain et l’intérêt porté à la diaspora africaine littéraire au cours de l’événement>>. Pour Esckil AGBO, Délégué Général de l’évènement, <<la première édition des Rencontres internationales du livre est prévue pour la dernière semaine du mois de septembre 2019 et célébrera la littérature africaine d’expression française>>.

Il a précisé <<qu’en initiant ce projet, l’agence Dekart rêve d’implanter au Bénin le Musée de l’écrivain africain. Avant sa construction il sera installé la version virtuelle qui sera bientôt disponible>>. Les couches scolaires et estudiantines, la nouvelles générations d’écrivains et d’éditeurs africains, les anciens, les dignitaires de la littérature africaine, les enseignants, la diaspora africaine ont tous leur place dans la mise en oeuvre de ce projet. <<C’est pourquoi, nous avons choisi le caractère biennal pour éviter la précipitation. Nous voulons du beau et du grand pour le livre africain”, à préciser le premier responsable du projet>>.

GK-G

Advertisements

Laisser un commentaire

Fermer le menu