Bénin/ Littérature : Okri Tossou réveille Stendhal pour Jérôme Tossavi

Bénin/ Littérature : Okri Tossou réveille Stendhal pour Jérôme Tossavi

Pour son jeune frère et ancien étudiant Jérôme Tossavi, l’écrivain et universitaire béninois Okri Tossou tente de réveiller Stendhal. 


Stendhal, l’auteur du roman Le Rouge et le Noir publié en 1830 et de la célèbre pensée « le roman est un miroir que l’on promène le long d’une route » sera bientôt sur la saynète au Bénin. De nationalité française, Stendhal s’appelait à l’état civil, Henri Beyle. Il est né le 23 janvier 1783 à Grenoble (France) et a tiré sa révérence le 23 mars 1842 à Paris.

Mais le 23 février 2019, il est attendu à l’institut français de Cotonou, au prétoire.   De sa tombe, il se lèvera pour dire au Juge Okri Tossou ce qu’il avait lu pour clamer à qui veut l’entendre que « le roman est un miroir que l’on promène le long d’une route ».

La suite après la pub

« Qu’avait-il lu en ce moment-là, Stendhal jeune ? », s’interroge   l’Universitaire béninois qui, sans attendre, donne la sentence.  

« Il va falloir lire aussi Oraisons pour un vivant, un carrefour esthétique où la parole de la poésie engendre le corps de la prose, sur un fond de brouillages narratif et narratorial ».

Oraisons pour un vivant, 1er roman du jeune Jérôme Tossavi, sera lancé le 23 février prochain. A l’entrée du livre, vous y lirez une note préventive. Elle est du Professeur Okri Tossou. Le préfacier a été explicite dans ladite note : le tout nouveau romancier « raconte la Vie pour mieux rire de la Mort… ». Ceci, en se servant d’un texte « potentiellement (esthétiquement ?) » et au « titre oxymorique ».  Entre l’autofiction, le fantastique et le réalisme, Jérôme transporte son lecteur le long d’un voyage où celui- ci ne se lasse guère. 

Vivement le 23 février pour le départ du train !

Esckil AGBO