Grand Prix littéraire du Bénin : Qui sont grands les favoris ?

Grand Prix littéraire du Bénin : Qui sont grands les favoris ?

Grand Prix littéraire du Bénin, le suspense va être levé ce vendredi 27 décembre, en début de soirée à l’hôtel Azalai de Cotonou. Qui seront les lauréats du prix littéraire béninois le plus convoité de cette 1re édition? En attendant le verdict du jury  Fernand Nouwligbèto (Président), Florent Couao Zotti (membre) et Béatrice Lalinon Gbado (membre), découvrons ensemble celui de radio Beninlivres.  1er Grand Prix littéraire du Bénin, voici les grands favoris.


Catégorie Roman : La rue a aussi ses anges de Hector Djomaki

Ce roman,  paru en 2019 chez Savanes du Continent aborde un vieux  sujet toujours d’actualité. Les enfants de la rue. Nous croyions tout savoir sur ce phénomène.  Mais le  roman d’Hector Djomaki nous révèle d’autres facettes, à travers le personnage Yako.  Facile à lire, l’une des  forces de ce livre  face aux deux autres finalistes (Sèblamèko de Roger Ikor Agboho Glèlè et La perle cadenassée de Yves Dakoudi)   est  l’humour  qui a couvert tout le récit.

Catégorie conte : L’enfant qui avalait ma rivière de Rodrigue Atchaoué

Un recueil de conte est, avant tout un livre pour enfant – un ouvrage destiné aux enfants.  La manière de ‘’livrer’’ les histoires (le style) –  ce qui constitue la texture des récits et le volume du livre sont  des éléments importants au conte.  A  ces unités constitutives d’un bon recueil de contes, L’enfant qui avalait ma rivière  a attaché de prix.  Tous les contes  de cet ouvrage de Rodrigue Atchaoué  dégagent, chacun,  un schéma narratif clair et pertinent. Son titre à valeur hyperbolique provoque d’ailleurs  chez l’enfant une curiosité effrénée : l’envie de lire – l’envie de découvrir le contenu.

La suite après la pub

Catégorie théâtre : La rue bleue de Giovani Houansou

Lorsque nous avons fini de dévorer les trois pièces finalistes, ce qui différencie  La rue bleue , paru chez Flamboyant,   de Jardin de maux  de Fidèle Dakpo et   de  Il n’est pas facile d’être prêtre de Fabroni Bill Yo-clounon) est la manie  du jeune dramaturge, Prix Rfi Théâtre 2018  à attirer drôlement  l’attention  du lecteur sur ce que disent, entre eux, ses personnages. Ceux – ci, quatre au total, sont bavards mais l’auteur utilise peu de mots pour transcrire leurs propos. 

Catégorie Nouvelle : Le traquenard amoureux  de Roger Ikor Agboho Glèlè

C’est un recueil   de quatre nouvelles, s’affichant comme une série construite autour de l’amour.  Nous trouvons son auteur sarcastique et novateur. Le traquenard amoureux   est, en fait, une œuvre satirique déroulée sous une plume éloquente, significative et qui touche la sensibilité de tout lecteur.   Roger Ikor Agboho Glèlè, son auteur a une écriture  profondément expressive. En cela réside  ses avantages  par rapport aux deux autres finalistes de cette catégorie. Il faut rappeler que l’ouvrage est publié chez Plumes Soleil.

Catégorie Poésie : Splendide Bénin, tout en sonnets de Sophie Adonon

C’est un recueil de poèmes sonnets  en alexandrin qui  fait l’éloge du Bénin.  Sophie Adonon  prend pouvoir sur la versification  pour  vanter l’ex Dahomey dans sa beauté, son patrimoine culturel, cultuel et ethnique. C’est une œuvre hautement littéraire  qui répond bien au concept Bénin révélé. Elle est parue chez Savanes du continent en 2019.

Par Esckil AGBO, ©Beninlivres, décembre 2019