Grands Prix littéraires du Bénin : Notre entretien avec le Président du jury

Grands Prix littéraires du Bénin : Notre entretien avec le Président du jury

Au terme de la cérémonie de distinction des lauréats du Grand Prix littéraire du Bénin, ce vendredi 27 décembre 2019, radio Beninlivres a échangé avec le Président du jury final, Dr fernand Nouwligbèto, ceci  à propos des critères d’évaluation des différents ouvrages. Découvrez dans les lignes qui suivent la substance de notre entretien.


Interview

Radio Beninlivres : Docteur Fernand Nouwligbèto, vous êtes le Président du jury final du Grand Prix littéraire du Bénin qui vient de donner son verdict, plein de surprises. Deux catégories se sont retrouvées sans gagnants. Veuillez nous indiquer  vos critères d’évaluation des ouvrages.

Dr Fernand Nouwligbèto : Nous avons travaillé sur la base d’une grille de notation. Cette grille, nous l’avons élaborée en 2015 pour le Prix Président de la République pour les Lettres. Cette fois – ci, elle a été reprise et adaptée au contexte  puisqu’il  n’a pas eu que des œuvres prosaïques, il y a eu cette fois – ci de la poésie, du théâtre.

La suite après la pub

Il y a eu trois catégories de critères, élaborées et retenues. La première catégorie, ce sont les critères relatifs au fond de l’œuvre. Et quand, nous, parlons de fond de l’œuvre, c’est d’abord le sujet dont traite l’œuvre, ce sont les thèmes abordés. Après, nous avons les questions de l’originalité et de la portée de l’œuvre.

Dans la 2ème catégorie, nous avons les critères relatifs à la forme. Cela touche aux questions d’écriture, de style, de conformité avec les règles grammaticales, orthographiques. Elle touche également aux questions de personnages, les relations tissées par l’Ecrivain avec ses personnages.

La 3ème catégorie est relative à la fabrication du livre. Les  critères éditoriaux.  Est – ce que les papiers du livre sont de bonne qualité ? Est – ce que le livre est bien relié ? Est – ce que le format du livre est présentable ?

Je voudrais vous préciser que les trois catégories n’ont pas été notées de la même façon. La dernière est la moins notée car elle touche les questions matérielles. Ce qui a été priorisé, c’est le fond et surtout la forme. Ces deux catégories varient selon le genre littéraire.  Par exemple, parlant de la poésie, il n’y a pas d’intrigue.

Monsieur le Président du jury, il y a eu deux catégories, parlant des genres littéraires mis en compétition qui n’ont pas eu  de gagnant. Vous êtes Critique littéraire, vous devriez avoir un avis sur cela. Qu’est ce que vous en dites concrètement ?

Vous avez suivi mes propos lors de la cérémonie. Vous êtes journaliste culturel. Vous savez lire entre les lignes.

Il y a eu un candidat qui est  finaliste dans deux catégories : le roman et la nouvelle qui sont d’ailleurs des genres narratifs.   Nous parlons de Roger Ikor Agboho Glèlè. Celui – ci a gagné le  1er prix en Nouvelle – donc excellent  et  curieusement son livre dans la catégorie roman a été rejeté comme les deux autres finalistes dans ladite catégorie. Cette fois – ci, il est donc nul. Comment expliquez- vous cela ?

C’est vous qui ajoutez   les épithètes nul et excellent. Nous, nous n’avons pas parlé de nullité , nous n’avons pas parlé d’excellence.

Réalisation : Esckil AGBO & Persis Kafui GUIVI,  ©Beninlivres, décembre 2019