JCC 2019 / «True story » de Amine Lakhnech : Entre expressivité et expressionnisme, il parle de Satan

JCC 2019  / «True story » de Amine  Lakhnech : Entre expressivité et expressionnisme, il parle de Satan

C’est un coup impressionnant. Le court – métrage « True story » du  Tunisien Amine  Lakhnech, produit par  Ulysson – Antworks (2019). En compétition officielle, pour le compte de la 30ème édition des Journées cinématographiques de Carthage – JCC 2019, il a été projeté, mardi soir à l’espace ABC  de Tunis.

Message de l'équipe d'organisation des Noces de Diamant de Un Piège Sans Fin

Pour marquer la célébration des Noces de Diamant du roman Un Piège Sans Fin, nous avons initié une campagne de crowdfunding. Cette campagne a pour but de rendre le roman disponible dans les bibliothèques de plusieurs établissements scolaires privés et publics au Bénin. 200 établissements auront chacun 10 exemplaires du roman.

Informé de cette initiative voici en bref ce qu'en dit le Doyen Olympe Bhêly QUENUM "C'est sublime ! Si ça marche j'aurai un enterrement royal.."

Vous pouvez soutenir cette initiative en parcourant ce lien : https://www.leetchi.com/fr/c/lyV9Bq0w


L’histoire s’ouvre sur une femme qui trépasse  en mettant au monde un enfant. Une fille, née avec une malformation. Au niveau du cœur. . Elle n’aura pas à vivre longtemps, ont prédit les accoucheurs. Deux mois, peut – être, six, pronostiquent – ils. C’est un bébé – monstre,  se convainc sa tante Wahid, à qui la garde du nouveau – né,  revient désormais. Entre, se débarrasser du bébé et la sauver,  celle – ci décide de recourir aux voies occultes.  Plusieurs maîtres religieux, marabouts et pratiquants de la magie  ont défilé au chevet de l’enfant. Mais ils n’ont pu rien faire.  Jusqu’à la nuit où Satan prit la décision de sauver le bébé.

Entre expressivité et expressionnisme, « true story »  est un film, simplement, fascinant. La  terreur  psychologique qu’il semble projeté sur le spectateur est vite  balayé par des effets spéciaux  qui méritent  une attention particulière.  Il est d’une réalité visuelle unique. Ses images scéniques  sont caractéristiques d’un tissu narratif qui conduit le cinéphile dans une énigme et le laisse sans voix.

La suite après la pub

Il est,  tout à fait, expressif  ce court métrage.  En 21 minutes, Amine  Lakhnech, le réalisateur  sort une éloquence filmique qui ne laisse personne indifférent. Le style du scénario,  à la fois surprenant et puissant, est sans ambigüité.

Expressionniste, ce film touche la sensibilité du  ‘’spectateur’’ à son plus haut degré de résonnance. Il est évocateur d’une recherche approfondie sur l’expression de l’émotion. Il fascine par sa beauté, attire par la haute qualité de ses  images et de sa musique  et éblouit par son montage. Autour des thèmes comme, la magie noire, le charlatanisme, l’exorcisme, le surnaturel,  le jeune réalisateur tunisien coud un scénario impressionnant, accessible et digeste. Bien qu’abordant un sujet  complexe qui dépasse l’entendement humain : Satan.

Et pourtant, c’est l’œuvre d’un cinéaste autodidacte.

Esckil AGBO, Envoyé spécial à Tunis / ©Beninlivres, octobre   2019

Laisser un commentaire