A Natitingou, Prudentienne Gbaguidi H. a initié les élèves au métier de libraire

A Natitingou,  Prudentienne Gbaguidi H. a initié les élèves au métier de libraire


L’ACTUALITE. Dans le cadre de la 2ème édition des 72 heures du livre à Natitingou, Mme Prudentienne Gbaguidi H., Directrice de la librairie Notre Dame et Présidente de l’association des libraires professionnels du Bénin – ALPB a donné, ce samedi 19 décembre un atelier d’initiation au métier de libraire, ceci, au profit des élèves de la ville. L’objectif est de faire découvrir aux jeunes apprenants cette branche de la chaîne du livre, très peu connue du public. La rencontre a eu lieu dans les locaux du CAEEB Natitingou


Qu’est – ce qu’une librairie ? Qui appelle – t- on Libraire ? Quelle formation suit – il ? Quelles sont les difficultés du métier de libraire et quels sont les avantages ? Ce sont entre autres les questions auxquelles Mme Gbaguidi a essayé d’apporter des éléments de réponses face aux jeunes apprenants des lycées et collèges de Natitingou.
Etre Libraire, explique – t – elle, « c’est un métier noble qui s’exerce par des professionnels et non des amateurs. Le libraire, on le présente généralement comme un vendeur de livres mais il est bien plus que cela ». Au-delà de la vente d’ouvrages, poursuit – elle, le libraire joue également le rôle de Conseiller de la clientèle. Il est aussi organisateur de cafés – littéraires, de séances de dédicaces d’auteurs et de bien d’autres activités visant la promotion du livre et de la lecture. Dans la chaîne littéraire, le libraire est dans la diffusion et la distribution. Il suit une formation et, a comme l’éditeur et l’auteur une culture du livre assez dense. Et pour s’adapter à l’évolution du monde, aux exigences nouvelles du métier,   il suit des formations continues ».


A l’en croire, c’est un métier comme tout autre qui a ses exigences, ses avantages et ses risques. Parlant des avantages, la Présidente de l’ALPB a montré que grâce à cette profession, on peut bel et bien subvenir à ses besoins et côtoyer à l’instar de tout bon travailleur l’épanouissement ». Abordant, les risques, elle a beaucoup insisté sur la prolifération des livres contrefaits qui constituent un véritable danger à ce métier.

La suite après la pub

Esckil AGBO, © BENINLIVRES