[Noces de diamant de Un piège sans fin] / Lareus Gangoueus : Olympe Bhêly-Quenum, sa plume experte condamne le lecteur…

[Noces de diamant de Un piège sans fin]  / Lareus Gangoueus : Olympe Bhêly-Quenum, sa plume experte  condamne le lecteur…
Réassi Ouabonzi, alias Lareus Gangoueus

De son vrai nom Réassi Ouabonzi, Lareus Gangoueus   est un blogueur littéraire, d’origine congolaise.  Créateur et Animateur de l’émission littéraire « Les lecteurs de Gangoueus »,  il est titulaire d’un Master Recherche en Mécanique des Matériaux (Université Montpellier II, 2000) et d’un MBA en Marketing et Commerce sur Internet (promotion part-time 2014-2015, ILV Paris). Le 20 juillet 2011, il a publié sur son blog une magnifique chronique sur  le roman Un piège sans fin d’Olympe Bhêly Quenum. Dans le cadre des noces de diamant dudit roman, et en hommage   à son auteur,  radio Beninlivres  partage le contenu de la chronique avec ses internautes.

Message de l'équipe d'organisation des Noces de Diamant de Un Piège Sans Fin

Pour marquer la célébration des Noces de Diamant du roman Un Piège Sans Fin, nous avons initié une campagne de crowdfunding. Cette campagne a pour but de rendre le roman disponible dans les bibliothèques de plusieurs établissements scolaires privés et publics au Bénin. 200 établissements auront chacun 10 exemplaires du roman.

Informé de cette initiative voici en bref ce qu'en dit le Doyen Olympe Bhêly QUENUM "C'est sublime ! Si ça marche j'aurai un enterrement royal.."

Vous pouvez soutenir cette initiative en parcourant ce lien : https://www.leetchi.com/fr/c/lyV9Bq0w

Lisez

Comment commenter un ouvrage ? Quand la lecture s’est avérée passionnante, surprenante. Quand on s’est laissé séduire par les personnages, leurs cheminements, leurs ruminations, leurs désillusions, leurs déchéances. On a envie de rendre une copie suscitant questionnement et peut-être intérêt sans trop défricher la trame afin que le futur lecteur puisse partager les mêmes péripéties, les mêmes angoisses, la même gêne sans que tout cela soit desservi par un commentaire trop  » bavard « . Voilà les questions que je me pose en commençant cet article.

La suite après la pub

Olympe Bhêly-Quenum se définit comme un écrivain chercheur. Un piège sans fin est son second roman et il fut publié en 1960 aux Editions Présence Africaine. Son site Internet très étoffé permet d’avoir une idée de cet intellectuel béninois, notamment les interviews qui y sont consignés.

Ce roman retrace la tragique histoire d’Ahouna, un jeune béninois du nord de ce pays pendant la période coloniale. Fils d’un notable de la région, sa famille possède des terres mises en valeur et du bétail. Tout n’est pas rose. Les épidémies frappent le bétail, les sauterelles massacrent les plantations, les travaux forcés imposés par l’administration coloniale affecte même cette famille aisée et dont le père refuse cette humiliation en se suicidant. La vie n’est pas un long fleuve tranquille mais Ahouna arrive à se reconstruire et faire fructifier avec son beau-frère les biens familiaux quand il rencontre la belle Anatou.

Cette relation sublimée apportera à Ahouna le meilleur mais surtout le pire. Olympe Bhêly-Quenum condamne le lecteur, par le biais de sa plume experte et avisée, à assister à l’avilissement d’un être innocent, au déploiement de la bête qui sommeillait en lui.

Il y a une mise au piloris d’une innocence béate et l’enfermement dans un piège sans fin du jeune Ahouna.

D’autant qu’on a l’impression, même sur un arbre haut perché avec la vision panoramique du lecteur, que rien ne peut extraire Ahouna de sa triste condition.


On espère secrètement en lisant les pages de ce roman ne pas être confronté un jour à l’absurdité, à la folie de l’expérience du personnage central. En toile de fond, Olympe Bhêly-Quenum dépeint avec une maîtrise de la langue française la société coloniale, le monde rural, le bagne. Un coup de coeur dont le souvenir ne risque pas de s’estomper. Bonne lecture

Par Lareus Gangoueus

Laisser un commentaire