Noces de diamant du roman Un piège sans fin / Osséni Soubérou : « Je m’étais juré que j’en ferais un film »

Noces de diamant du roman Un piège sans fin / Osséni Soubérou  :  « Je m’étais juré que j’en ferais un film »
Osséni Soubérou

Consultant en développement culturel, management de la culture et du tourisme, comédien et acteur de film, Osséni Soubérou rend hommage  au Patriarche Olympe Bhêly Quenum pour les 60 ans du roman Un piège sans fin.

Lisez  son témoignage

En découvrant le texte – hommage à Olympe Bhêly – Quenum  de Cécile Avoungnlankou que je salue au passage, je ne pus m’empêcher de retourner quelques années en arrière. Je trouve que Cécile a rendu un très bel hommage à Olympe Behêly Quenum qui a commis, à travers ce roman, une des œuvres majeures de la littérature béninoise et africaine. J’ai trouvé son compte-rendu de lecture sincère, enrichissant et surtout émouvant.

J’ai été moi même bouleversé par la lecture de ce roman il y a un peu plus d’un quart de siècle. En lisant cet hommage, je me suis souvenu d’une de mes promesses non tenues.

La suite après la pub

Je m’étais juré que j’en ferais un film.

Le décor de ce roman pour moi mérite d’être représenté. J’ai été rarement déchiré par une histoire… Je n’oublie jamais cette référence du symbole de l’amour représenté dans le roman par une orange.

Véritable montagne russe d’émotions : je suis par la révolte,  bonheur et colère… Pendant longtemps, je me suis promis de ne jamais tombé amoureux…tellement cette Anatou m’a terrorisé et dégouté….

En tout cas, ce roman restera central dans la littérature béninoise.

Par Osséni SOUBEROU, ©BENINLIVRES, avril 2020