Prix Goncourt 2018 : Le Sénégalais David Diop, proche du sacre

Prix Goncourt 2018 : Le Sénégalais David Diop, proche du sacre

David Diop, auteur du roman Frère d’âme – Editions du Seuil, 2018  est le grand favori du Prix Goncourt 2018. Au nombre des quatre finalistes, le nom de l’écrivain sénégalais est le plus cité par les Chroniqueurs littéraires.

Message de l'équipe d'organisation des Noces de Diamant de Un Piège Sans Fin

Pour marquer la célébration des Noces de Diamant du roman Un Piège Sans Fin, nous avons initié une campagne de crowdfunding. Cette campagne a pour but de rendre le roman disponible dans les bibliothèques de plusieurs établissements scolaires privés et publics au Bénin. 200 établissements auront chacun 10 exemplaires du roman.

Informé de cette initiative voici en bref ce qu'en dit le Doyen Olympe Bhêly QUENUM "C'est sublime ! Si ça marche j'aurai un enterrement royal.."

Vous pouvez soutenir cette initiative en parcourant ce lien : https://www.leetchi.com/fr/c/lyV9Bq0w


 David Diop, successeur d’Eric Vuillard, Prix  Goncourt 2017.  A quelques jours de la grande délibération de l’édition 2018 de  la  plus désirée des distinctions littéraires francophones, les pronostics donnent victoire à l’auteur d’origine sénégalaise.

 Sur 17 journalistes –  analystes littéraires interviewés par nos confrères  du magazine professionnel Livres Hebdo,  9    pensent que l’auteur de Frère d’âme – 52 ans –  est le prochain lauréat du Goncourt.

La suite après la pub

Si cette prédiction se réalisait, David Diop deviendrait sans tambour le  successeur  de l’auteur de L’Ordre du jour  paru en mai 2017 chez  Actes Sud.  

Ainsi, prendra –t- il le dessus sur  les trois autres finalistes à savoir : Paul Greveillac,  Maîtres et esclaves (Gallimard), Nicolas Mathieu, Leurs enfants après eux (Actes Sud) et Thomas B. Reverdy, L’hiver du mécontentement (Flammarion). 

 Frère d’âme est le second roman de David Diop, paru en août 2018 aux Editions du Seuil. L’ouvrage expose les confidences d’un tirailleur sénégalais, témoin de la Grande guerre. Dignement écrit dans un langage de haute qualité, il est, outre le Goncourt en lice pour les Prix Femina, Renaudot, Médicis.

David Diop, souligne –t – on, n’est pas à confondre avec son compatriote,  poète, décédé en 1960 et qui portait le même le nom que lui.  Enseignant à l’Université de Pau (France), il est né à Paris  et a grandi au Sénégal.

Esckil AGBO

Laisser un commentaire