Top 5 des livres qui ont marqué l’actualité du Bénin en 2019

Top 5 des livres qui ont marqué l’actualité du Bénin en 2019

Au Bénin, courant 2019, voici les cinq ouvrages qui  ont mieux  alimenté l’actualité littéraire e

t suscité  plus de débats   au sein des professionnels du livre. C’est un classement de Radio Beninlivres. 


Mon père,  mon choix d’Abdel Hakim Lalèyè (Roman)

C’est l’ouvrage béninois, non  inscrit au programme scolaire le plus vendu sur le territoire national.  Et même dans la sous – région. Dans notre classement, il vient en tête du peloton, avec la mention Meilleure vente de livre (76.000 exemplaires vendus entre janvier et novembre 2019).  Paru pour la première fois en 2016, ce roman est un chant en l’honneur des « Pères avec des cœurs », une poésie à « leur amour  protecteur et généreux ».

La suite après la pub

 Quelques clés d’Ifa, sagesse existentielle du golfe du Bénin  de Gratien Ahouanmènou (Essai)

Il est à la fois  le livre de la diaspora et le livre béninois qui a le plus circulé en 2019. Plusieurs rendez – vous littéraires  l’ont accueilli aussi bien au Bénin qu’ailleurs.  Entre dédicaces et conférences – débats, Gratien Ahouanmènou, son auteur a bien occupé  l’année.

Vodoun, la forteresse d’espérance de Micheline Adjovi  (Roman)

C’est une fiction, parue aux Éditions DAGAN en juillet dernier. Ne s’embarrassant d’aucune polémique, l’auteure a, dans un langage digeste, créé autour de son héroïne une histoire palpitante à suspense dont la trame a été puisée dans l’anthropologie endogène; vestiges d’un passé plus que jamais présent.

Ce roman porte l’empreinte de l’intelligence d’une observatrice attentive profondément engagée sur une voie quoique semée d’embûches, mais qui porte l’écho de l’espérance qui nourrit, soutient et maintient l’homme debout, prêt à s’engager vaillamment dans la construction lumineuse de sa destinée. Malgré la densité et la richesse éducative de l’œuvre, elle a été, aux primes abords, refusée d’accès dans certains rayons de librairie. Juste parce que les idées développées dans ce roman pouvaient faire prendre conscience aux lecteurs. Et cela dérange.

L’ouvrage aurait pu aller en finale et décrocher facilement le Grand Prix littéraire du Bénin, s’il n’a pas été très tôt écarté, cette fois-ci, pour raison de  laïcité de l’État. Il faut reconnaitre que la trame du roman bouscule les doctrines et dogmes séculaires qui ont formaté jusque là l’homme.

Toutefois, l’acharnement contre ce  roman très apprécié des lecteurs, surtout la diaspora africaine et les leucodermes, trouve sa justification dans la volonté manifeste de protéger les intérêts  coloniaux mais aussi et surtout d’empêcher la jeune génération d’avoir accès à sa culture authentique et démystifiée.  La littérature au Bénin aurait-elle cessé d’être une grande ouverture culturelle?

Carmen Fifonsi Aboki  – CFA de Carmen Toudonou  (Nouvelle)

 Finaliste  du Prix Ahmadou Kourouma et finaliste du Grand Prix littéraire du Bénin, ce recueil de nouvelles de la journaliste – écrivaine est le seul livre  du Bénin, publié en 2019, doublement qualifié  pour  de prestigieuses distinctions. L’une au plan national et l’autre à l’international.  Cela dénote le sérieux de la plume de l’auteure.

A moitié coupable  de Damienne Houéhougbé (Roman)

C’est le livre de la toile et des internautes.   Paru en mai 2019 chez Savanes du continent, ce roman est l’ouvrage béninois le plus présent sur  internet.  Ceci,  avec  un impressionnant nombre de productions de presse et de commentaires divers.  Dans notre classement, il a surpassé de deux points Le chant de vers,  de Bravo, qui, depuis son lancement a occupé une bonne place sur  la toile.

Lire ici les critères d’évaluation:

1- Les livres publiés au Bénin – par des éditeurs du Bénin.

2- L’intérêt ( positif comme négatif) suscité par le livre auprès du public.

3- Le débat soulevé par le contenu du livre au sein des acteurs du livre

4- La circulation/ distribution du livre au Bénin, dans la sous région, à l’international

5- La présence du livre sur internet ( productions de presse et opinion sur le livre)

Par Esckil AGBO,  ©Beninlivres, décembre 2019